La Saraillère : les habitants fêtent le devenir de leur quartier 
En mémoire de la tour Watteau

Malgré un temps couvert, les habitant·e·s de la Saraillère se sont donné.e.s rendez-vous sur la butte de la rue Henri Matisse. Qu’ils soient ou non impactés par le relogement, qu’ils soient anciens où nouvellement installés à la Saraillère, ils sont tous sortis pour « fêter » le devenir de leur quartier. Claudette, qui a vécu 20 ans dans la tour Watteau avant d’en partir de son propre gré en 2007, est venue prendre part à l’événement. Ses amies Claudine et Aïcha s’étaient proposées, l’une ou l’autre, à rester près d’elle lors de son passage au stand de o2 radio et au studio vidéo nomade.  « Moi j’ai quitté la tour Watteau 2007 pour une maison à Bègles. On a été relogés dans le quartier Terres Neuves parce que la maison avait été revendue. Je reviens très émue car c’est tout un passé. Quand  je voix les enfants, ce qui me revient dans la figure c’est les miens que j’accompagnais sur l’aire de jeux. C’est vrai que j’ai été relogée à Terres Neuves mais mon souhait aurait été de revenir à Cenon. Je suis là aujourd’hui en mémoire de la tour Watteau » dixit Claudette.

Claudette_Claudine_Aicha_Habitantes_cenon
Tour Watteau, plus que cinq locataires à reloger

Compte tenu des enjeux de la requalification urbaine du quartier, le stand du bailleur n’a pas désempli. Les résidents sont venus découvrir les panneaux présentant la nouvelle architecture d’intérieur des appartements et le futur « visage » du quartier. « Ca fait deux ans que l’on travaille sur le relogement des habitants. A la fin de l’été 2021, l’ensemble des relogements sera effectué. Dans la tour Watteau il ne reste que 5 locataires sur les 133 » dit Christine Maunier, Directrice adjointe en charge de la gestion locative et du relogement des habitants. Les habitants ont beaucoup échangé sur les commodités dont ils bénéficieront après la réhabilitation de leur immeuble, de leur logement. « Après avoir vu les images de leur futur quartier, les habitants sont repartis rassurés. On a beaucoup échangé sur la requalification de la Saraillère, les  balcons et le remplacement des baignoires par des douches » rajoute t-elle.

STAND Mesolia

O2 radio : une fête des radios libres dans la fête de la Saraillère

O2 radio, la radio des hauts de Garonne avait également posé ses micros pour une émission en direct du quartier. Une belle occasion pour associer les habitants à l’anniversaire des 40 ans des radios libres organisé au cœur du quartier. Cendrine Brouard, animatrice, a apprécié l’engouement que la présence de la radio a généré auprès des jeunes, mais aussi l’appropriation qu’en ont faite les habitants. « Ils étaient enthousiastes en racontant ou en se racontant leur parcours de vie. J’ai été impressionnée par l’écoute des jeunes lorsque les adultes s’exprimaient sur leur attachement à leur quartier, la solidarité, la proximité sociale avec le voisinage, les fermes de l’époque » dixit Cendrine.

O2 radio
Studio Vidéo Nomade : filmer le renouvellement urbain de l’intérieur

Installé à quelques mètres du stand du bailleur Mésolia, le studio vidéo nomade a accueilli une dizaine d’habitants venus s’exprimer sur le devenir de leur quartier. Confortablement assis dans un canapé, et face à la caméra, ils ont associé des mots et des phrases qui donnent à leurs récits une historicité d’un « avant » et d’un « après » de leur quartier. Comme l’exprime Mounir : « Actuellement, c’est un peu un sentiment de tristesse, de nostalgie. On arrive au bout du bout… Ma femme a grandi à la Saraillère, où elle est arrivée à l'âge de 4 ans avec ses parents. Après sa majorité elle est repartie. On s'est rencontrés et on a eu une opportunité. C’était la tour Watteau. On a eu notre première fille et quelques années après mon fils. Les souvenirs, c’est le premier anniversaire, le premier Noël. Tous ces moments en famille. Et oui. Il n'y a rien qui dure. Tout a une fin. Il y a eu du positif et du négatif durant notre vécu dans la tour, dans le quartier. Mais je préfère retenir le positif. Et j’ai hâte de retrouver mon nouvel appartement où mon enfant aura sa chambre.»

Image_studio_video_nomade
Une chanson zoulou envahit la tour Watteau  

Avant le jour de la fête on avait écho comme quoi les habitants préparaient une chorégraphie. Cela a été bien confirmé. Aïcha et ses anciennes voisines de la tour, accompagnées par des jeunes du quartier, ont fait une performance dansée sur la musique « Jerusalma », interprétée par Nomcebo Zikode, une sud-africaine. Un joli moment de détente ponctué de fous rires, d’applaudissements et de plaisanteries entre voisins.

Choregraphie Watteau

Une sonorité musicale entre Hip hop et jazz

Titouan et Alex ont proposé durant  deux heures, un duo associant parole, musique et danse. Les sonorités  Hip pop, jazz qui rythment l’ambiance de la fête ont conquis jeunes et adultes. L’aisance que Titouan a eu dans l’usage du beatbox, et de sa flûte, la chorégraphie Hip pop et baroque de Alex ont suffit pour nous faire comprendre pourquoi le public avait un regard éberlué.

Titouan_et_Alex_villedecenon_moussa_direcion_communication
Customiser des meubles ou coudre, à chacun son choix

Les associations Carrefour des cultures  et l'Espace Textile Rive Droite ont proposé, durant le temps de la fête, des ateliers pédagogiques pour les enfants, les jeunes et les adultes. Si le textile s'est invité à la cérémonie notons par ailleurs qu'il en est de même pour le bricolage et la déco avec Carrefour des cultures.

Carrefour des cultures

Association_Carrefour_des_cultures_direction_communication

Espace Textile

Espace Textile
Des temps forts de la fête en vidéo

Ajouter un commentaire