Conseil des sages : ils/elles se sont engagés.ées !

La rédaction de Tempo a rencontré Françoise Dion, membre du Conseil des Sages.

Réunion pléinière du Conseil des Sages Cenon


Tempo : Qu'est-ce qui vous a motivé à candidater pour entrer au sein du Conseil des sages de Cenon ?

Françoise Dion : Enseignante à la retraite, j’ai aménagé à Cenon, quartier Palmer, en 2004. En 2019, j’ai assisté à une session des assises « Cenon 2030 », durant laquelle des personnes des conseils citoyens s'étaient exprimées. Quelques jours plus tard,  je trouvais sur les présentoirs du Pixel, des flyers présentant les conseils du haut et du bas Cenon...

Tout cela avait éveillé ma curiosité et donné envie de participer à quelque chose d’équivalent. Car la vie de la ville m’intéresse ! Avec le conseil des sages, j’ai trouvé une occasion de rentrer dans un groupe de personnes qui vont réfléchir sur des sujets donnés. L’une de mes préoccupations, c’est la densité de la population et comment compenser la part de bâti avec la conservation ou la création d’espaces verts.

Conseil des sages

Tempo : Comment envisagez-vous de contribuer aux travaux du Conseil des sages ?

Françoise Dion : Au sein du conseil des sages, j’ai envie d’écouter ce qu’il se dit, de partager, de m’exprimer. C’est bien de consulter la population, mais est-ce que ce que notre avis aura un poids quelconque dans les décisions prises ? Je l’espère... Et je me pose également la question du pouvoir des mairies par rapport à la Métropole.

Est-ce que les mairies décident vraiment ou entérinent-elles des décisions prises par d’autres instances ? Ma présence au conseil des sages va sans doute m’aider à comprendre comment tout cela fonctionne.

Ajouter un commentaire