Avec La Colline, l’art est dans la rue, et prochainement sur vos écrans !

mamans graffeuses rue mallarmé

Depuis cet été, deux fresques murales apportent des touches de couleur au quartier Palmer. Une troisième est attendue fin octobre. Une action qui découle d’une convention entre le centre social et culturel La colline et le bailleur Domofrance. Trois temps animés par l’artiste Zarb (du collectif Full Color), en destination de trois publics distincts (des familles, des femmes, des ados), un même mode d’expression (le graff), pour des objectifs différents. 

L'artiste graffeur Zarb, du collectif Full Color

« Solidarité, j’écris ton nom »

« Ce projet fait suite à une animation mise en place lors du Festi Family 2019, où cinq familles avaient graffé sur des panneaux de bois », explique la médiatrice culturelle Camille Béneult. « Nous avons souhaité réitérer l'expérience, mais cette fois-ci avec neuf femmes, afin qu'elles puissent profiter d'un temps rien qu’à elles, sans les enfants ! Libérer leur parole, traduire par un graff leur perception et leurs attentes du quartier. »

Exécuté entre le 29 juin et le 3 juillet, le résultat s’affiche rue Mallarmé : un tram invitant à la solidarité.

 

S’exprimer, embellir, respecter son cadre de vie

Courant juillet, c’était aux jeunes de s’exprimer sur un pan de mur : rue Beaumarchais. Pour cette génération, le choix du mode artistique semble évident. Outre son esthétisme, le graff a une portée civique : « laisser son empreinte et reconnaître celle de son voisin•e, aide à respecter les lieux de vie partagés ».

groupe du chantier jeune

Pour les 15 participant•e•s, cette session s’est doublée de deux semaines de travaux / nettoyage dans les parties communes, en compagnie des gardiens d’immeubles.

Un moyen d’identifier ces hommes et de respecter leur travail. En contre partie, Domofrance a financé un séjour d’une semaine dans les Pyrénées avec des activités sportives (canyoning, via-ferrata, escalade…). 
Une opération identique, avec un nouveau groupe d’adolescents, est programmée aux vacances de la Toussaint. 

Une touche de couleurs bienvenue rue Beaumarchais

Un film de banlieue loin des clichés… 

Fin août, vous avez peut-être aperçu une quinzaine de jeunes accompagnés d’une équipe de tournage, filmer place du marché ou au centre commerciale La Morlette…

tournage au centre commercial La Morlette

Ateliers d’écriture, travail sur le jeu d’acteur, découverte des techniques du cinéma : le groupe est plongé dans ce projet depuis décembre dernier. Au centre social, ils sont « coachés » par la boîte de production « Nos Rêves Production », et plus particulièrement le comédien – réalisateur Daouda Diakhaté, ancien animateur socioculturel et surtout : valeur montante du 7ème art, lauréat du prix « Ciné Banlieue 2018 ». 

tournage à La Morlette

Résultant d’échanges de paroles sur leur environnement, leur court-métrage aborde la relation père - fille, filles - garçons, dans une cité populaire. Investie dans le projet, Isra l’assure : « Nous avons essayé de nous éloigner le plus possible des stéréotypes que l’on peut voir habituellement dans les films se déroulant en banlieue… » 

… à voir le 18 décembre au Rocher de Palmer

Si le « court » est en boîte, il reste encore du travail : trouver son titre, créer une affiche, préparer la soirée de présentation… Car la date du 18 décembre est déjà réservée. La projection sera même précédée de la restitution de l’atelier théâtre, qu’a conduit avec un autre groupe le stand-upper humoriste Nordine Ganso ….

Daouda Diakhaté dirigeant ses jeunes acteurs

Nos jeunes cenonnais•e•s ont décidemment du talent ! Au point que Daouda Diakhaté a souhaité entraîner sa jeune troupe sur un projet personnel et professionnel. Tous et toutes vont figurer dans son propre film « Ayo Nene », produit par Vatos Locos, avec une diffusion prévue sur Canal + ! 

Centre social et culturel La Colline
2 Rue Stéphane Mallarmé 
05 57 77 90 30
https://www.facebook.com/lacollinecsc/

Ajouter un commentaire