Maintenir une qualité de services publics répondant à tous les besoins de la population et proposer une politique tarifaire accessible à tous est un véritable défi aujourd’hui pour les collectivités territoriales. Dans un contexte financier contraint par les dépenses liées à la crise sanitaire, au coût de l’énergie et une inflation record, l’équilibre du budget de la ville ne peut être atteint que par une augmentation des taux d’imposition et le décalage de certains projets (parc de l'Hôtel de Ville, opérations liées aux programmes de renouvellements urbains).

Investir dans la transition écologique

Maîtriser les dépenses publiques en matière énergétique est devenu un enjeu majeur. À Cenon, cette volonté se traduit par l’adoption d’un plan de sobriété (abaissement des températures dans les bâtiments publics, extinction partielle de l’éclairage public), la maintenance et la surveillance de l’isolation thermique de notre patrimoine bâti et son étanchéité.

Du côté des investissements cette préoccupation environnementale se traduit donc en 2023 par des opérations de rénovation thermique, de végétalisation des espaces publics et des cours d’écoles, ou encore par la mise en œuvre d’un programme alimentaire de territoire (PAT) englobant la production, la transformation, la consommation et la valorisation des déchets.

Pour intégrer les enjeux environnementaux dans le pilotage de ses politiques publiques, la ville a mis en place le principe du "budget vert" : les dépenses d’investissement et de fonctionnement qui favorisent un développement durable de notre cadre de vie.

Après 6 années consécutives de stabilité des taux, une augmentation de 9% de la fiscalité locale a été votée lors du Conseil Municipal du 3 avril dernier.

La parole à l'élu

Michaël David, 1er adjoint, délégué aux finances, budgets participatifs, commande publique et modernisation de l’administration en explique la raison :

"Nous sommes parvenus à un équilibre budgétaire en limitant au maximum nos dépenses de fonctionnement. Concrètement cela signifie : diminution des crédits accordés aux services municipaux, aucun recrutement sur le budget principal en 2023, baisse des subventions aux associations et organismes satellites.

En parallèle, nous poursuivons notre plan de sobriété énergétique, ainsi que notre stratégie foncière axée sur la rationalisation et/ou cession de notre patrimoine bâti.

Sur le plan des dépenses d’Investissement, nous avons opté pour l’abandon du projet de relocalisation de l’Ecole de Musique rue Galliéni ou encore le décalage des opérations de renouvellement urbain. C’est au prix de ces coupes budgétaires et de l’augmentation des taxes locales que nous parvenons à cet équilibre : la taxe foncière, applicable aux 33 % de propriétaires Cenonnais passe donc à 58,46%.

En agissant sur tous ces leviers, notre volonté affichée est de maintenir l’offre actuelle et le niveau de service à la population."

 

Budget global

 

Répartition par secteur

Élu référent
{ eluAssocie.title }}
Michaël DAVID

1er adjoint

Finances, Budgets participatifs,
commande publique et modernisation de l’administration


 

Cette page a-t-elle répondu à vos attentes ?

Page concernée
6 + 0 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Mis à jour le 16 février 2024