La Nuit Verte - panoramas

Le 24 septembre, la Nuit Verte célèbre le parc Palmer

Lors de cette 6ème édition, vous déambulerez parmi neuf œuvres créées en écho avec le parc Palmer, spécialement pour la Nuit Verte. Elles sont la proposition d’artistes de nationalités différentes . En suivant le parcours mis en scène par Serge Damon, vous découvrirez :

« Filibuster » (obstruction) est une stratégie permettant à un membre du Sénat américain de bloquer le passage d’une loi, en tenant la parole non stop jusqu’à la fin de séance… S’imposant cette contrainte, Bryan Campbell (Etats-unis) délivrera huit heures durant un texte sous la forme d’un stand-up artistique semi écrit semi improvisé. Le public sera libre de s’asseoir 5 minutes, 4 ou 8 heures...

Marco Godinho (Portugal – Luxembourg) aborde les questions mémorielles liées aux territoires et aux frontières. Le théâtre de verdure sera transformé en support de communication, avec des mots, une parole, un appel, une tentative de dialogue avec la nature…

Anna Holveck (France) travaille la relation du son à l’espace. Son projet, en collaboration avec l’Ecole Municipale de Musique, laissera entendre les répétitions et les variations infinies des différentes ritournelles.

Dans la démarche artistique de Kubra Khademi (Afghanistan), les questions de langage sont prépondérantes. Elle prévoit une installation visuelle et performative dans un des chemins boisés du parc…

« La Forêt des gestes », film de Ariane Michel (France), sera projeté à flanc de falaise, créant un moment énigmatique, autour de la poésie des gestes et des sons.

A son arrivée en France pour ses études, Mona Young-Eun Kim (Corée) ne parlant pas le français, les panneaux de signalisation et autres enseignes lumineuses de nos rues lui paraissent bien énigmatiques... Ces formes, couleurs, signes seront au cœur de son installation numérique.

Le « Mur des mots » de Bocar Niang (Sénégal) est une compilation de plusieurs langues déclinées sur un support textile accroché sur la façade du château Palmer. Son approche soulève la question de l’inter culturalisme et convoque l’idée de solidarité entre personnes issues de communautés différentes.

La recherche artistique de Loreto Martinez Troncoso (Espagne) aborde les déformations langagières et la prise de parole publique. Pouvons-nous parler autrement que par des mots, à travers nos corps, nos gestes ? En investissant le terrain de rugby, elle s’empare d’un lieu symboliquement relié aux manifestations des masculinités.

Geörgette Power (France) s’est intéressé aux voix de synthèse, à leurs manifestations, leurs origines. Il veut en écrire l’histoire naturelle. Pendant sa résidence de recherche, il a rencontré les voix d’habitants ou de travailleurs du quartier Palmer, auxquelles il a croisé les chants des oiseaux, les bruits d’insectes et les grincements de branches du parc des Coteaux. A vivre dans une installation sonore immersive.

De 18h à 2h : déambulation libre et gratuite, sans inscription, entrée et sortie à toute heure. Tout public.
panoramas.surlarivedroite.fr

Mis à jour le 14 septembre 2022