Lutter contre le moustique tigre

Contrairement à ce que l'on pourrait croire, le moustique tigre est essentiellement urbain. Il aime les lieux habités par l’homme, c'est pourquoi une fois installé dans une commune ou un département, il est pratiquement impossible de s’en débarrasser. Mais on peut limiter sa prolifération.

La Gironde, en nombre d'habitants exposés, figure parmi les départements français les plus touchés par la présence active du moustique tigre. Voir la carte "Population exposée" sur le site du ministère des Solidarités et de la Santé. C'est pourquoi il fait l’objet d’une surveillance renforcée car il peut, dans certaines conditions très particulières, être vecteur des virus de la dengue, du chikungunya et zika. 

Actuellement, il n’y a pas d’épidémie de ces maladies en France métropolitaine mais, pour lutter contre ce risque, quelques gestes simples sont à adopter.

Des gestes simples pour éviter la prolifération 

Coupez l’eau aux moustiques

Tout ce qui vole n’est pas moustique et tout moustique n’est pas « tigre », puisque 16 espèces sont présentes sur le territoire de Bordeaux Métropole.
Chaque femelle moustique tigre pond environ 200 œufs. Au contact de l’eau, ils donnent des larves. C’est là qu’il faut agir.

Éliminez les endroits où l’eau peut stagner : coupelles des pots de fleurs, pneus usagés, encombrants, vérifier le bon écoulement des eaux de pluie et des eaux usées,... Pensez aussi à entretenir les sépultures dans les cimetières, lieux propices au développement des moustiques. Couvrez les réservoirs d’eau : bidons d’eau, citernes, bassins avec un voile ou un simple tissu ainsi que les piscines hors d’usage.

Évitez les piqûres

  • Appliquez sur la peau des produits anti-moustiques surtout en journée. Demandez conseil à votre pharmacien ou médecin.
  • Portez des vêtements couvrants et amples.

Comment reconnaître un moustique tigre ?

  • Comme tout moustique, il possède deux ailes, une paire d’antennes longues et une trompe dans le prolongement de la tête.
  • Il a des rayures noires et blanches (pas de jaune), sur le corps et les pattes,
  • Il est très petit, environ 5mm,
  • Il est source de nuisance et pique le jour. Sa piqûre est douloureuse.

 

Création d’un centre de démoustication métropolitain

Conformément au décret du 29 mars 2019 relatif à la prévention des maladies vectorielles transmises par les insectes, le Ministère de la Santé, par l’intermédiaire des Agences Régionales de Santé, assure une veille active de la répartition géographique de cette espèce et des cas de dengue, chikungunya et zika. Un dispositif efficace d’intervention est engagé dès la déclaration d’apparition d’une de ces maladies pour éviter toute épidémie. 

En revanche, il n’est prévu aucune prise en charge au titre de la démoustication dite de confort destinée à lutter contre les nuisances provoquées par ces insectes. C’est pourquoi, il appartient aux Maires d’agir au titre de leurs pouvoirs de police sur leur territoire. 

Au vu de ces paramètres, l’échelon métropolitain est la meilleure dimension territoriale pour améliorer la lutte déjà engagée. C’est pourquoi il a été envisagé par Bordeaux Métropole, la création d’un centre de démoustication métropolitain pouvant intervenir sur le territoire des communes ayant passé une convention qui précise : 

  • Enregistrement des plaintes et signalements, suivi et conseils à l’usager : expertises et conseil (enquêtes, réponses...), enregistrement des plaintes et réponses à l’usager, veille technologique et réglementaire, actions de communication, site internet, hygiène et sécurité, formations
  • Surveillance entomologique et suivi cartographique : prospection, identification des nouveaux gîtes larvaires, suivi de la mise en eau des gîtes larvaires, renseignement de la base de données et cartographie, planification des missions de lutte intégrée et conseil aux communes, capture et identification des moustiques, réseau de pièges pondoirs, soutien logistique (entretien des locaux, véhicules et matériels,  fournitures, maintenance, réglage et calibrage des matériels) 
  • Visite à domicile par secteur : déplacement sur le site à l’initiative de la commune, présentation des actions de lutte contre les moustiques, remise de documents d’information, recherche des gîtes larvaires qui devront être éliminés ou traités par le demandeur. 
  • Traitement des gîtes larvaires hors domaine métropolitain : déplacement sur le site sur commande de la commune, vérification de la présence de larves et leur dénombrement, préparation du biocide naturel et son épandage manuel. 

Signalez sa présence

Compte tenu du cycle de développement, des caractéristiques physiologiques et des capacités d’adaptation de ces insectes aux milieux urbains, plus de 80% gîtes larvaires se trouvent sur les propriétés privées, autour des habitations et sont facilement supprimables.
Si vous pensez avoir vu un moustique tigre, signalez sa présence sur le formulaire en ligne de Bordeaux Métropole, idéalement en y joignant une photo.

 

Cette page a-t-elle répondu à vos attentes ?

Page concernée
1 + 15 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Mis à jour le 09 octobre 2020