2018 clôture les commémorations cenonnaises du centenaire de la grande guerre

Des berlingots à l'expo

des berlingots

Les berlingots bleu blanc rouge, ces petits bonbons colorés fabriqués en Lorraine, sont un délicieux prétexte et une savoureuse entrée en matière vers l'histoire des poilus. Ils sont à disposition du public de l'exposition "1918, construire la paix", visible jusqu'au 14 décembre à l'Espace Signoret et en salle du conseil municipal. 

 

lecture de l'exposition par deux personnes

Le service documentation  archives de la commune a rassemblé les nombreux manuscrits et autres "souvenirs" fournis par les citoyens. Nombreux sont en effet ceux qui ont répondu à l'appel à dons et/ou participation, et qui se sont mobilisés pour partager avec la collectivité leurs précieux documents de l'époque. Ils offrent "des petits morceaux d'histoire que chacun d'entre nous porte", comme le précisait Jean Francois Egron, maire de Cenon, lors du vernissage, le dimanche 11 novembre 2018.

Comprendre la paix, une histoire labellisée

Cette matière historique récoltée et conservée par le service documentation archives est aussi travaillée avec des partenaires locaux  pour la rendre la plus appréhensible possible. Ainsi, les plus jeunes participent-ils à un parcours mixant visite guidée de l'exposition, jeux et exercices journalistiques pour rendre plus "vivante" et impactante cette histoire désormais lointaine. "Faire comprendre pour ne pas oublier, et perpétuer le souvenir". L'accès au spectacle créé pour la ville en 2016 par la compagnie du Théâtre du petit rien, "Une poule sur un mur... qui attend" est aussi un rendez-vous constructif. Le format théâtral contribue à marquer les jeunes esprits et à incarner l'Histoire d'une manière moins habituelle, loin des manuels scolaires.

Spectateurs mais aussi acteurs les jeunes cenonnais. Et notamment la classe de CE2, CM1 de l’école Léon Blum emmenée par la même compagnie, avec les seniors de l’atelier poésie du CCAS,  pour une représentation mêlant textes écrits –alimentés par les réflexions et interrogations des enfants sur le conflit- et chansons d’époque. Il sera  joué sur la scène de l’espace Simone Signoret le 14 décembre à 19h. Exposition, théâtre, spectacle participatif et intergénérationnel, mais aussi  conférence avec Hubert Bonin, professeur et chercheur en histoire économique, ont émaillé la commémoration du 11 novembre et valu au programme cenonnais de décrocher sa labellisation Mission centenaire.

Honneur et hommages officiels

discours du maire

Le ciel bleu limpide de ce dimanche 11 novembre 2018 rendait lumineux le rassemblement des habitants, civils, militaires, anciens combattants et adhérents du comité FNACA Cenon Artigues, agents des polices municipale et nationale, Jeunes sapeurs pompiers de Bordeaux Benauge, élus du conseil municipal cenonnais et du parlement francais, représentants de l'Union des Travailleurs Sénégalais en France (UTSF), mais aussi des délégations des villes jumelles et partenaires de Hartford (USA) et Arcos de Valdevez (Portugal), présents à l'occasion du festival interculturel Toutes Latitudes. Ce centenaire de l'armistice revêtait un caractère particulier dans un contexte mondial crispé, où "l'Europe doit nous aider à combattre les tensions et les velléités populistes", comme le rappelait Alain David, député de la Gironde. 

le public se recueilleLes jeunes sapeurs pompiers de Bordeaux Benauge

"La guerre est finie, reste à gagner la paix".

Khadidja au micro lors de la lecture du message de l’UFAC

Ces mots de Georges Clémenceau, président du Conseil annonçait la paix le 11 novembre 1918. Ils ont été lus ce dimanche par Khadidja, élève de 3ème du collège Jean Zay, chargée d'apporter au public le message de l'Union française des associations de combattants et victimes de guerre (UFAC). Des combattants, il en était aussi question lorsqu'il s'est agi d'honorer les Cenonnais Jean Claude et Bernard Bru qui ont reçu la croix du combattant des mains du maire Jean Francois Egron et du député de la Gironde Alain David, pour leur "service rendu à la nation lors de la guerre d'Algérie".

les frères Bru avec la croix du combattant

Mémoire en partage

Daniel Gracia au micro Le maire et le député dévoilent la plaque de commémoration Helder Barroset  Joan Ponzoni

La paix, obtenu après "52 mois de cauchemar de privation et de deuil", comme l'aura rappelé Daniel Gracia, président investi de la Fédération Nationale des Anciens Combattants d'Algérie (comité Cenon Artigues), était célébrée ce 11 novembre 2018. Cent années écoulées depuis la fin de la première guerre mondiale, et un hommage rendu chaque année aux 168 Cenonnais "tombés au champ d'honneur". Et en ce dimanche exceptionnel, l'installation d'une plaque commémorant le centenaire et remerciant les personnes investies dans la transmission et le devoir de mémoire marque durablement le travail mené depuis 2014. Ce témoignage partagé avec les délégations américaine et portugaise dont les contributions au conflit ont respectivement coûté 125 000 et 7500 soldats aux deux pays, scellait encore plus fortement une amitié croissante.

Sans omettre les 30 000 tirailleurs sénégalais, contingent envoyé du continent africain et morts pour la France pendant la 1ère guerre mondiale. Un rappel documenté et présenté dans la soirée du dimanche au Rocher de Palmer par le Docteur en sociologie et enseignant à l’université de Bordeaux, Mar Fall, par ailleurs auteur de plusieurs ouvrages sur l’histoire et la mémoire des africains noirs en Aquitaine. Il animait pour le compte de l’UTSF, une conférence sur le sens de la présence des Tirailleurs sénégalais dans la grande guerre.

Enregistrement audio de Mar Fall à écouter lors de la conférence organisée au Rocher par l'UTSF

 Si l'Histoire vous passionne et le conflit 14-18 en particulier, consultez le livret de la rétrospective des actions menées entre 2014 et 2018  sur la 1ère guerre mondiale à Cenon

 

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.