Testaud : la fête de quartier entre solidarité et joie de vivre

En posant son vélo à la station Vcub du bas Cenon, il suffisait de faire quelques pas pour arriver au détour d'un virage, sur cette portion de verdure nichée en contrebas de la voie ferrée. Un lieu protégé, à l'abri du passage des véhicules et où l'on peut déployer en toute sécurité, jeux, animations, stands et scène... le BA-BA d'une fête de quartier réussie.. Cenonnais, bénévoles du comité Testaud et agents du service de Gestion urbaine de proximité s'y sont donc installés le 25 mai dernier pour une demi-journée bien remplie.

On picore parmi les propositions

Finalement, que peut-on trouver et que peut-on faire dans une fête de quartier? Plein plein de choses! C'est d'ailleurs ce qui mérite d'être souligné : la place laissée au choix. Choix de faire du sport, ou des jeux, de danser, de manger, de se faire masser, de se faire maquiller, ou de s'informer, voire de se prélasser dans l'herbe en se laissant bercer par les rires des enfants.

Iniiation boxe avec ombre et lumièreMassage déténte avec Les mains créatives du comité TestaudCompétition de pétanque

On se met au Do it yourself

Oui, s'initier à la fabrication faite maison, ca aussi c'était possible. Avec My little change, et Léa Rainier, aka Madame zéro déchet, on était accompagné et guidé sur la meilleure manière de transformer son vieux tee shirt déformé en une éponge, pratique, écologique, et... gratuite! Juste à côté, on pouvait repartir avec un jardin de poche personnalisé. Merci Germaine veille de cette poétique proposition, des filets retenant si joliment ces compositions de plantes rustiques, de mousse, terre et de humus... ca sent si bon les sous bois.

Jardin de poche personnalié

 

On s'initie à des activités inhabituelles...

... telles que la danse en ligne, et notamment grâce à Claudine, bénévole du comité de quartier Testaud, qui prodiguait conseils et règles à suivre pour intégrer le pas et le rythme emballant du madison.

Initiation au rugby fauteuil

On décline poliment l'invitation de Yohan, éducateur de l'association Drop de béton, qui nous invite à tester le rugby fauteuil. "Autant les enfant sont tous partants pour monter dans le fauteuil et tenter l'expérience, autant la démarche est moins naturelle et plus difficile pour les adultes. Ce que les enfants vont retenir, même si l'activité est avant tout ludique,  c'est que c'est une activité possible lorsque l'on est handicapé". Possible mais réellement exigeante physiquement selon certaines sources plus courageuses que nous.  Les roues inclinées entre 4 et 6 degrés en comparaison d'un fauteuil classique multiplie la vitesse mais aussi la force à impulser pour faire avancer le carrossage.

On se fait raconter la vie de quartier

La vertu des fêtes de quartier reste néanmoins de retrouver et/ou rencontrer ses voisins. Des voisins qui n'en sont plus toujours. mais qui ont des attaches fortes avec le quartier. C'est ce qu'Alain nous raconte, lorsqu'il explique qu'il arrive de Beausite où il est installé depuis plus de 30 ans.

Alain, voisin de Beausite

 

"Je suis né en 1948 dans la maison voisine de celle du charbonnier Dupeyron. A l'époque où les maisons étaient des cabanes en bois et où l'on marchait sur des planches pour ne pas se mouiller les pieds.Je suis un ancien du comité Testaud et je reviens dès que possible dans le quartier retrouver mes voisins et amis".
Miguel à l'espace jeux

Miguel, lui vient du haut Cenon mais a tissé des liens forts avec le quartier par le biais de l'école. Alors qu'il patiente dans la longue queue formée pour commander les savoureuses crêpes préparées par l'AJhAG, il raconte :

 "Mes 2 enfants ont  été scolarisés à Jules Guesde lorsque je suis arrivé à Cenon. Quand j'ai déménagé dans le haut, ils y sont restés. Les liens et relations avec d'autres parents du quartier ont continué et depuis j'ai une partie de mon coeur ici."

Marie Pierre, elle, est une habitante du quartier depuis une dizaine d'années. Elle a vu pousser les nouvelles résidences. "C'est chouette ces fêtes de quartier, ca nous oblige à aller vers l'autre, le nouveau, celui que l'on ne connait pas. Ca casse les peurs et nous rappelle que l'on fait tous partie de la même communauté de quartier". 

Le quartier, son passé, son histoire, et son développement, on pouvait aussi le découvrir avec les bénévoles de l'association des anciens de Pichot Maumey, ceux des amis du patrimoine cenonnais, ou grâce au conseil citoyen du bas Cenon prompt à expliquer à partir de plans, cartes et visuels, les projets de développement du quartier.

Devant la maquette du pont RougeSéance d'information sur le stand du conseil citoyen du bas Cenon

Merci aux habitants, bénévoles et motivés, aux nombreux partenaires pour leur mobilisation Comité Testaud, Anciens de Pichot-Camille Maumey, Conseil Citoyen du Bas-Cenon, les Amis du Patrimoine Cenonnais, l'AMAP les Gourmandignes, Christine Martinez, Germaine Veille, ludothèque La Maison, Couleurs en FolieOmbre et Lumière, Ambassadeurs du vélo, Drop de Béton,

Merci pour les stands de restauration et les spectacles et animations musicales à la Petite Auberge, Cie Matière Première, Union des Travailleurs Sénégalais en France (UTSF),  DIBI, Le parti collectif et  Ricochet sonore

Merci aux commercants pour les lots offerts lors de la tombola

Commentaires

Nom ou pseudo
Marie-Anne
Commentaire
Bonjour,
Merci pour cet article! Si je peux me permettre une remarque c'est que dans vos remerciements vous oubliez les habitants du quartier qui sont à l'initiative de la fête! Sans les habitants qui ne sont rattachés à aucune entité si ce n'est notre affection pour le quartier il n'y aurait pas eu de fete!
A bon entendeur

Nom ou pseudo
Ville de Cenon
Commentaire
Bonjour Marie-Anne, c'était tellement évident que ça n'a pas été explicitement écrit. Mais vous avez raison ca va mieux en le disant! C'est ajouté. Merci de votre lecture attentive.

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.