Moustiques : signalez leur présence

Difficile de passer au travers des piqûres de moustique : ils sont installés -et particulièrement les moustiques tigre- dans nos territoires depuis de nombreux mois et nous le font savoir. La seule solution pour combattre leur prolifération, c'est désormais d'empêcher leur reproduction en débusquant les gîtes larvaires cachés dans les points d'eau, dont 80% se trouvent sur les propriétés privés.

Et ça tombe bien, c'est l'une des missions attribuées au centre de démoustication métropolitain avec qui Cenon a passé une convention. Sa quinzaine d'agents intervient sur signalement de plusieurs particuliers pour détecter les gîtes larvaires dans l'espace public et l'espace privé, et rappeler les mesures à prendre pour lutter collectivement. Si vous trouvez un gîte larvaire, ou que vous êtes infesté par les moustiques, remplissez le formulaire de contact du centre de démoustication :

Comprendre le cycle de vie du moustique

Le moustique adulte meurt avec l’arrivée des premiers froids, en octobre. Mais se sachant en fin de cycle, il va pondre des œufs couvant en sommeil, en hibernation tout l’hiver. Notre froid n’est pas suffisant pour les détruire. Il pond alors sur des revêtements secs, des contenants vides, qui peuvent être remis en eau au printemps. Exemple : une bâche, une gouttière,  un seau, etc. Et il le fait à plusieurs endroits, afin de multiplier ses chances de survie. Aux beaux jours, l’éclosion des œufs va se déclencher. La première génération de moustiques adultes va apparaître et déclencher les suivantes.
A noter, le cycle de développement de la larve du moustique tigre dans un contenant d’eau est de huit jours.

En hiver, les larves sont donc toujours là, en sommeil. Et c'est lorsqu’arrive le début du printemps qu'il faut commencer la lutte, en éliminant les eaux stagnantes; au minimum une fois par semaine.

Prévenir plutôt que traiter

Le traitement par insecticide dans les villes ne peut être la solution. Car au delà des difficultés techniques (la superficie concernée représente des centaines d’hectares, l'accès interdit aux jardins privés, l'efficacité des produits chimiques limitée dans le temps ...), la pulvérisation à grande échelle n'est pas sans conséquence sur les pollinisateurs et sur notre santé. La solution la plus efficace, la plus durable et la moins coûteuse reste donc d'empêcher la naissance des moustiques. 

Des gestes simples mais efficaces

Couper l'eau aux moustiques reste donc le geste à privilégier par tou.te.s. Cherchez et évacuez toutes les eaux stagnantes qui vous entourent :

  • vider tous les récipients qui ne peuvent être rangés
  • fermer hermétiquement ce qui peut recueillir les eaux de pluie
  • vérifier le bon écoulement des eaux de pluie et des eaux usées

Moustiques, LA CHECK-LIST DES BONS GESTES

Moustiques, LA CHECK-LIST DES BONS GESTES

Pour aller plus loin :
Consultez la page dédiée à la lutte contre les nuisibles

Contact et renseignement :

Olivier Ramillon, Inspecteur de salubrité, référent  Cenon : +33 (0)5 47 30 50 06 (les mercredis et jeudis, les vendredis après midi en semaine paire)

 

Mis à jour le 15 septembre 2020