Les jolies colonies de vacances...

Naissance des colonies

Nées à la fin du XIX° siècle, les colonies de vacances ont essentiellement un objectif sanitaire, celui d'éloigner les enfants des milieux urbains où l'on ressent les effets immédiats de l'essor industriel. On envoie alors nos chers chérubins profiter de l'air de la mer, de la montagne ou de la campagne. Puis, la dimension sanitaire se laisse doubler par la dimension éducative et les colonies deviennent des lieux d'apprentissage de l'autonomie et du vivre-ensemble. Vacances à la mode des années 1930 aux années 1970, les enfants se précipitent aux arrêts de bus et dans les halls de gare pour partir dès le mois de juillet retrouver colo et monos.

La colo de Cenon

C'est sous l'impulsion du maire René Cassagne qu'une colonie de vacances cenonnaise voit le jour. Au début des années 1960, Cenon est qualifiée de cité dortoir et il est primordial de permettre aux jeunes Cenonnais de goûter aux joies du plein air. Fin 1961, la municipalité fait l'achat d'une vaste propriété à Lucmau, près de Bazas, dans la forêt des Landes. 9 hectares sont alors aménagés pour permettre l'accueil des enfants de la ville dès juillet 1963. Château, piscine, parc, dortoirs deviennent le terrain de jeu de centaines d'enfants qui profitent des repas à l'ombre des pins et d'activités variées. Le château Briel accueillera des enfants pendant 33 ans avant que la propriété ne soit vendue ne correspondant plus aux loisirs des familles des années 1990.

Photo du château Briel et de sa psicine

Mis à jour le 05 août 2019