Confinement et violences conjugales: restons vigilants

L'alerte en pharmacie

L'une des conséquences directes et constatées du confinement est la recrudescence des violences conjugales et intrafamiliales. Depuis le 26 mars 2020, une directive ministérielle permet à la victime de se signaler en pharmacie, un des seuls établissements autorisés à rester ouvert. Le pharmacien alerté pourra alors prévenir les forces de l’ordre, lesquelles doivent intervenir en urgence.
Selon le protocole défini dans cette directive, si le conjoint violent est présent au sein de la pharmacie avec sa victime, celle-ci pourra également prévenir son pharmacien au moyen d’une alerte codée, telle que « masque 19 », pour que celui-ci donne l’alerte en toute discrétion

Le 3919 :  le numéro d’écoute gratuit et confidentiel

Le 3919 est opérationnel du lundi au samedi de 9h à 19h, les écoutantes de la FNSF maintiennent leur mission de soutien, de conseil, d’information et d’orientation. Le réseau des 67 associations Solidarité Femmes reste mobilisé pour faire fonctionner les centres d’accueil et d’hébergement .

Les femmes et enfants mis en sécurité dans les centres d’hébergement du réseau Solidarité Femmes (2 800 places) sont confinés mais leur suivi s’organise avec les équipes professionnelles. Pour la gestion des situations de femmes en urgence, le 3919 et les associations locales restent en lien avec les services de police, de gendarmerie, de justice et l’hébergement d’urgence. 

Victimes ou témoins, en cas d'urgence :

Par téléphone :

17 : Brigade de Gendarmerie – Commissariat de Police
3919 : 
119

Par SMS 114 (police nationale, 24h/24, 7j/7) :

si vous êtes victime de violences et que vous ne pouvez pas appeler pour demander du secours depuis le confinement. Les opérateurs derrière ce SMS d'urgence préviendront les forces de l'ordre en leur transmettant vos coordonnées.

Par courriel : victime-bordeaux@interieur.gouv.fr

Sur internet :

Je suis victime ou témoin je signale 

Pour en parler ou s’informer

  • 3919 : Numéro d’appel national (anonyme et gratuit)
  • 05 56 40 93 66 : APAFED – Centre d’accueil et d’écoute anonyme 24H/24 - 7 jours/7
  • 05 56 51 30 95 : Maison des Femmes de Bordeaux
  • Planning familial de Gironde : +33 (0)5 56 44 00 04 de 9h à 17h du lundi au vendredi / 
    planningfamilial33@gmail.com
  • 08 800 08 11 11 :numéro national du planning familial, gratuit et anonyme du lundi au samedi de 9h à 20h
  • site de solidarité femmes
  • site du gouvernement arretonslesviolences
  • Les avocats bordelais volontaires assurent  24/24h et 7/7j une permanence de conseil et d'accompagnement juridique au numéro d’urgence gratuit +33 (0)5 57 77 40 71

Consulter la fiche de recommandation aux victimes et entourage élaborée par les professionnel.le.s

Le CIDFF 33 aux côtés des femmes en difficulté ou victimes de violence pendant le confinement

Même si ses locaux et ses permanences sont fermés pour limiter la propagation du COVID 19, le CIDFF Gironde est joignable : 
+33 (0)5 56 48 40 62 / cidff.gironde@orange.fr 

Pour des rendez-vous téléphoniques :   

Avec les conseillères emploi et création d’entreprise 
Pour une information ponctuelle ou /et un accompagnement 

Avec les psychologues 
Pour soutenir les femmes victimes de violence ou en difficultés 
Pour les personnes en situation de veuvage dans le cadre de l’espace « Dialogue & solidarité » 

Avec les juristes 
Pour une information sur les droits lors d’une permanence téléphonique : +33 (0)5 56 4430 30 
Du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h 

Cette organisation peut être modifiée en fonction de l’évolution des mesures gouvernementales, du niveau d’activité et des difficultés éventuelles de mise en œuvre.

Les Centres d’informations sur le droit des femmes et de la famille exercent une mission d'intérêt général, confiée par l'État, pour favoriser l'autonomie sociale, professionnelle et personnelle des femmes et promouvoir l'égalité entre les femmes et les hommes.

Plus d'info sur le site du CIDFF

Mis à jour le 06 avril 2020